MON METIER

Infirmier(e) Santé Travail

Hello hello,

Voila un bon bout de temps que je ne suis pas venu écrire ici, par manque de temps essentiellement … Mais pourquoi pas revenir un peu plus souvent en 2020.

En janvier 2019 j’ai intégré un service inter entreprise de santé au travail et depuis, cela suscite énormément de questions. Je crois qu’il ne se passe pas une seule journée sur Instagram sans en avoir.
Alors je vais essayé de vous répondre le plus précisément possible sur ce “nouveau métier” pour moi que j’adore !

L’infirmier de Santé au Travail (IST)

L’infirmier en santé au travail est membre d’une équipe pluridisciplinaire (secrétaire, medecin, assistant santé travail, assistant de service social, technicien hygiène sécurité et environnement, ergonome, psychosociologue) animée et coordonnée par le médecin du travail.
Il contribue à prévenir l’altération de la santé des salariés du fait de leur travail. Les missions de l’infirmier sont exclusivement préventives, à l’exception des situations d’urgence (nos missions sont toutes définies par le Code du Travail) et sont sous délégation du Médecin du Travail.

Comment devenir Infirmier de Santé au Travail ?

Il est possible d’avoir une qualification/ certification par le biais de centres de formation.
et/ou
Passer la licence (DIU Infirmier de Santé au Travail).
(Il suffit de taper sur internet: Formation infirmier santé travail pour trouver).

Comme le précise la circulaire DGT de novembre  2012, si l’infirmier n’a pas suivi une formation en santé au travail, l’employeur doit l’y inscrire dans les 12 mois suivant son recrutement dans un service de santé au travail.
Vous pouvez donc passer ces formation sans forcement être déjà dans une entreprise ou en étant salarié (à voir ensuite avec son employeur).

L’organisation du service de santé au travail

Article 4622-1

L’IST peut être infirmier dans un service interentreprises de santé au travail (mon cas) ou en service de santé au travail autonome (directement dans l’entreprise).

Petit rappel

Une entreprise peut avoir un service de santé autonome lorsque celle ci atteint ou dépasse 500 salariés (Article D4622-5 du Code du Travail). Comme dit précédemment “elle peut”, ce n’est pas une obligation, il se trouve qu’en service interentreprises il y ai des entreprises de + de 500 salarié dans une collectivité*.

Ce qui veut dire par là que toutes les autres entreprises (de 1 à 500 salariés) ont le devoir d’adhérer à un service de santé interentreprises.

*Une collectivité est un ensemble d’entreprises (different lieux de travail).

Le suivi des salariés

Il existe 3 types de suivi différents:

  • Suivi renforcé (tous les 2 ans): travailleurs exposés à certains risques professionnels (Article R4624-23).
  • Suivi adapté ( tous les 3 ans): travailleurs de nuit, travailleurs handicapés, travailleurs titulaires d’une pension d’invalidité, travailleurs de moins de 18 ans, femmes enceintes (selon la loi en vigueur).
  • Suivi simple (tous les 5 ans): pour les autres travailleurs.

Et deux types de visites:

  • Visite initiale: Avant l’embauche (si suivi particulier) ou dans les 3 mois d’embauche.
  • Visite périodique: Dans les 3 mois d’embauche.

Autres visites possible (mais pour le médecin du travail):

  • visite à la demande du médecin
  • visite à la demande du salarié
  • visite à la demande de l’employeur

Service de Santé au Travail interentreprises (SSTI)
Mode de fonctionnement

Pour ma part j’ai la chance de travailler en trinôme (secrétaire, infirmier et médecin) mais il se peut que dans d’autres endroits un infirmier travaille avec plusieurs médecins. Chaque médecin a sa collectivité et son indépendance technique. Pour que vous puissiez visualiser, dans une collectivité nous pouvons donc avoir des entreprises plus ou moins grosses (boulangerie, clinique, hôtel, restaurant, boutiques, aeroport, usines, entreprises de service etc…) et donc une palette immense de métiers différents. Dans une collectivité il y a plus d’une centaine de lieux de travail different.

Journée type & missions

Concernant mes journée, mes semaines sont découpées en 1/2 journées, je fais 6 demi-journées dans mon centre (entretient avec les salariés) et 3 1/2 journées sont consacrées à la rédaction, visite des lieux de travail, observation de poste, ateliers de prévention etc.. (avec comme horaires 8h30-17h30). Mes missions pricipales sont:

  • réaliser les visites d’information et de prévention auprès des salariés, ainsi que leurs renouvellements dans le cadre du suivi individuel de l’état de santé des salariés ainsi que les visites intermédiaires (dans le cadre du suivi individuel renforcé)
  • participer aux actions en milieu de travail, notamment aux actions de prévention et d’éducation à la santé au travail en sensibilisant et en informant les salariés en matière de santé et sécurité au travail
  • participer à des actions d’information collectives conçues en collaboration avec le médecin du travail et validées par lui
  • réaliser des fiches d’entreprises et des observations de poste
  • participer aux actions visant le maintien et l’insertion ou la réinsertion des salariés au poste de travail et dans l’emploi
  • participer au CSE (comité social et économique) sous délégation du médecin
  • assurer le suivi des préconisations médicales à la demande du médecin du travail 

Service de Santé au Travail Autonome
Mode de fonctionnement

à venir

Journée type & mission

à venir

Vos questions les plus courantes:

  • Comment intégrer un service de santé au travail sans expérience ou sans le diplôme ? Ou as tu postulé? Comment as tu trouvé un employeur qui payait la formation?

C’est finalement la chose la plus compliqué dans tout le processus je pense. Si vous êtes dans une grande ville (notamment Paris), je pense que vous avez plus de chances et encore moi j’ai été prise a une période où mon entreprise recrutait beaucoup … ce qui n’est plus tellement le cas un an après. Il ne faut pas hésiter à postuler partout et être persévérant. J’ai pris pas mal de réponses négatives mais j’ai rien lâché. Faire aussi une lettre de motivation béton avec vos réels motivations pour cette “nouvelle orientation”.
J’ai postulé sur Indeed, sur l’annonce je ne savais même pas pour quelle entreprise c’était ahah et je ne savais donc pas qu’ils allaient me financer la formation.

  • Qu’elles sont les qualités à avoir pour ce poste de travail ?

L’écoute, le relationnel (bonne communication), l’empathie, la bienveillance, la patience, une bonne capacité d’adaptation et une ouverture d’esprit.

  • Faut il avoir de l’expérience en milieu hospitalier avant de travailler en santé au travail ?

Ce n’est pas obligatoire. De mon avis (personnel) je trouve que c’est bien de faire au moins 1 an en milieu hospitalier. Ne serais ce que pour savoir évaluer les réels urgences, pour enrichir ses connaissances et pour tout ce que le milieu hospitalier peut nous apporter en tant que jeune professionnel (malgré que ce ne soit pas simple).

  • Est ce autant stressant que le milieu hospitalier ?

Le stress n’est évidemment pas du tout le même. Pour ma part je ne me sent pas stressé et quel bonheur de travailler ainsi ! Les moments de stress qui peuvent parfois être présent sont (pour moi): lorsque la personne en face de nous est (très) désagréable (surtout au début de la prise de poste, je sais maintenant gentiment et cordialement leur répondre quand ça va trop loin), lorsque que j’ai une vacation avec plus de salarié que prévu (ça reste assez rare), les situations d’urgences (ex: une personne devant nous qui nous dit qu’elle a déjà tout programmé pour mettre fin à ses jours …).

  • Ne t’ennuies tu pas ?

Non, je trouve ce poste passionnant et très diversifié. Le fait d’avoir un partie “bureau” et un partie “sur le terrain” est vraiment chouette. C’est un réel bonheur de voir tous types de métier, de personnes, d’âge.

  • Est ce que les soins te manquent ?

Pour être totalement honnête, j’y pense parfois (surtout pour les pansements complexes et pose de KT, mes soins pref ahah) mais mon épanouissement est tout de même bien plus important à mon poste actuel alors ce n’est pas bien grave (ce n’est finalement qu’un détail à côté de ce que je fais actuellement).

  • Regrettes tu d’avoir quitté le milieu hospitalier?

OH QUE NON ! Meilleure décision de ma vie, j’ai gagné sur tout, absolument tout. Je ne pense d’ailleurs jamais remettre une pied à l’hosto.

  • Comment tes proches l’ont pris ?

Dans l’ensemble plutôt bien, malgré le fait qu’il y a forcement eu quelques remarques de certains: “tu es infirmier et tu ne vas plus faire de soins … ce n’est plus trop le boulot d’infirmière que tu fais actuellement … tu vas perdre toutes tes connaissances/ ta pratique …. c’est la planque la santé au travail, ça sert à rien” j’ai finalement arrêter de répondre à ces propos bien vite fondés à mon gout car je pense que c’est gens là ne savent finalement pas ce qu’est vraiement le métier d’infirmier. Si le métier d’infirmier ne se résume qu’aux soins alors c’est bien malheureux. Quant aux personnes qui pensent que la médecine du travail ne sert a rien, je leur souhaite à tous de ne jamais avoir besoin de nous un jour.

You Might Also Like